La prévention sur Internet

La cyberintimidation

Il est maintenant possible d’observer le phénomène de l’intimidation dans le monde virtuel. On parle de cyberintimidation lorsque les technologies des communications sont utilisées pour intimider ou harceler une personne. Ce phénomène peut prendre plusieurs formes différentes telles l’envoi de courriel ou de message texte intimidant, la mise en ligne de photos gênantes, la révélation d’informations personnelles, etc.

Elle diffère de l’intimidation traditionnelle sur plusieurs plans :

  • Elle n’est limitée ni dans le temps, ni dans l’espace. Un élève peut être intimidé alors qu’il est seul chez lui;
  • Elle est impersonnelle. De plus, les commentaires écrits peuvent être beaucoup plus cruels que lorsqu’ils sont dits devant la personne;
  • Elle a une grande portée puisque les médias sociaux sont accessibles à une grande quantité de personnes;
  • Elle est anonyme : étant donné qu’il est possible de se créer des adresses en utilisant des noms fictifs, la victime ne peut pas identifier son agresseur.

Voici quelques trucs si vous êtes victime de cyberintimidation :

  • Ne pas répondre aux messages et bloquer l’expéditeur;
  • Garder une copie des messages, elles seront utiles en cas d’une éventuelle dénonciation;
  • En parler à quelqu’un de confiance;
  • Advenant le cas où les messages sont sur un site ou une page web, communiquez avec le fournisseur de services Internet (FSI). La majorité d’entre eux ont des politiques sur l’utilisation de leurs services. De plus, un grand nombre de sites contiennent un lien ou un bouton pour dénoncer un contenu inapproprié.

L’exploitation (sexuelle) en ligne

Certaines personnes vont utiliser Internet dans le but d’utiliser et d’exploiter d’autres personnes. Lorsqu’on nous entendons l’expression «exploitation d’enfants sur Internet», le terme enfant fait référence à toute personne de moins de 18 ans. La majorité du temps, les victimes d’exploitation sur Internet ne sont pas des enfants, mais bien des adolescents. Contrairement à la croyance populaire, l’exploiteur n’est d’ailleurs pas toujours un homme âgé, il peut être un autre jeune.

Les sites de clavardage (chat), les échanges de photos ou de Webcams (caméra web), les jeux en lignes et les sites de réseautage social sont tous des activités lors desquelles il est possible d’entrer en contact avec un exploiteur potentiel. Différentes techniques peuvent être utilisées, c’est pourquoi il faut être vigilent en tout temps. Certains vont te manifester beaucoup d’attention, en complimentant beaucoup et même en offrant des cadeaux et d’autres peuvent faire croire en la menace de danger potentiel pour forcer la coopération. Lorsqu’ils sont à la recherche d’activités sexuelles, certains vont introduire le sujet très rapidement alors que d’autres prendront leur temps. Bref, il est impossible de prédire avec certitude quel comportement aura un agresseur potentiel. Il est donc important d’être vigilant.

Voici certains comportements préventifs :

  • Toujours utiliser la webcam avec prudence, idéalement seulement avec des personnes que l’on connaît en réalité;
  • Ne jamais croire les gens qui prétendent vouloir lancer une carrière de mannequin ou d’acteur avec la webcam, une entreprise sérieuse ne procéderait jamais de cette façon;
  • Lorsque tu n’utilises pas la webcam, couvre la d’une serviette ou tourne-la vers le mur, il est possible de pirater l’ordinateur et de la contrôler à distance;
  • Ne jamais donner des renseignements personnels sur Internet, même à des personnes connues puisque le piratage peut permettre à un tiers de les retracer;
  • Utilise des surnoms impersonnels qui donnent peu d’informations sur toi;
  • Pense à ta réputation en ligne lorsque tu créés tes profils ou des acomptes. Ce que tu y mets peut créer une mauvaise impression ou t’attirer de l’attention non désirée;
  • Si tu fixes un rendez-vous avec une personne, parles-en à un adulte de confiance. Sinon, la rencontre devrait avoir lieu dans un lieu public que tu peux facilement quitter. De plus, il est préférable que tu te fasses accompagner.
  • La dénonciation, à un adulte, à la police ou à Cyberaide devrait être faite lorsque;
  • Un inconnu te demande d’envoyer des informations personnelles, des photos ou des vidéos;
  • Un inconnu ou une entreprise avec laquelle tu ne fais pas affaire t’envoie ou affiche du matériel inapproprié;
  • Si une adresse reçue te mène à un site obscène;
  • Si tu reçois d’une personne des fichiers au contenu obscène avec des jeunes de moins de 18 ans;
  • Si une personne te fait ouvertement des avances et demande à te rencontrer à des fins sexuelles.

La création de profil

Bien que certains sites offrent l’option de donner accès à nos profils uniquement à des amis que nous choisissons, il faut se dire que la confidentialité et la vie privée absolue, sur Internet, sont incompatibles. Malgré la meilleure volonté du monde, des inconnus pourront toujours avoir accès à nos informations. Notre profil nous représente et il pourra être consulté par des personnes qui ne font pas partie de notre entourage. La question « Qu’est-ce que je voudrais divulguer à un étranger? » peut guider la création de profils.

La liste suivante peut t’aider à t’assurer que tu ne donnes pas trop d’informations:

  • Il n’est pas nécessaire d’écrire ton nom au complet, ton entourage le connaît déjà après tout. Un surnom impersonnel peut être parfait;
  • L’âge peut être indiqué s’il n’est pas combiné à ton nom, ta ville, ou d’autres informations. Cependant, est-ce vraiment essentiel de l’écrire? Tout comme ton nom, tes amis le connaissent déjà;
  • Indiquer si tu es un garçon ou une fille n’est pas en soi dangereux. Cependant, la combinaison de cette information avec d’autres renseignements sur toi peut le devenir;
  • N’indique jamais ton adresse. Encore une fois, tes amis savent où tu habites et, à la question « Est-ce que je voudrais que des inconnus sachent où me trouver en tout temps? » parle d’elle-même. C’est la même chose pour le numéro de téléphone;
  • Rappelle-toi que tes publications peuvent être vues et lues par une grande quantité de personnes, y compris amies, professeurs, parents et futurs employeurs.

 

Source : Ce texte a été écrit par le CALACS Charlevoix

 

 

 

 

 

 

 

 

FERMER
CLOSE