Les universités québécoises font front commun pour s’attaquer à la violence sexuelle sur les campus. Un groupe de travail a été mis sur pied dans la foulée des incidents survenus récemment à l’UQAM et à l’Université Laval. Plusieurs événements ont été rapportés aussi dans des universités canadiennes et américaines.

Le comité a pour mandat de recenser les meilleures pratiques dans le réseau universitaire afin de formuler des recommandations qui pourront ensuite servir à tous les établissements de la province. Le mandat du groupe touche tous les types de violence sexuelle, des paroles offensantes aux agressions sexuelles, en passant par le harcèlement sexuel.

UQAM – L’automne dernier, les portes des bureaux de trois professeurs ont été couverts d’autocollants dénonçant du harcèlement et des agressions sexuelles.

Université Laval – Lors de la rentrée, en août dernier, la direction de l’université a condamné les paroles crues d’une chanson à caractère sexuel que les nouveaux étudiantEs en droit étaient encouragéEs à apprendre en vue des initiations.

Les commentaires sont fermés.

FERMER
CLOSE